Save cinemas in Marocco

Switch to desktop Register Login

Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 65
23 Juil

SCIM : Notre appel est clair, militer pour la sauvegarde des salles de cinéma au Maroc.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
  • L’association Save Cinemas In Marocco existe depuis bientôt trois ans. Quel bilan tirez-vous aujourd’hui de vos actions ?

3 ans, et ce que nous souhaitons c'est que le plus difficile soit derrière nous aujourd'hui. Nous sommes partis d'une réalité méconnue du grand public, et pour laquelle aucune sonnette d'alarme n'a été tirée.

Le bilan est aujourd'hui positif sur un plan purement médiatique. C'est la première étape, qui est le socle de nos actions de demain. Le message est passé, il est là, sur les ondes radios, à la télévision, dans les magazines, dans les écoles, dans la rue donc dans l'esprit des gens. Cette salle de cinéma qui n'était plus l'affaire des citoyens, qui ne représentait qu'un souvenir nostalgique du passé est aujourd'hui ressuscitée. Je parle ici des salles qui ont de l'histoire celles qui s'inscrivent dans le développement socio-culuturel du pays.

Le message est passé, et nos actions ont pour objectif global de consolider notre projet de réhabilitation des salles de cinémas une après l'autre tout en respectant son histoire.

La deuxième étape que nous avons commencer et celle de sensibiliser les pouvoirs publics afin mettre en place notre projet, notre logique s'inscrit dans une dynamique de gouvernance où tous les acteurs de la cité soient impliqués et, que nous puissions créer une synergie afin que tout les enjeux d'un quartier ou dans son ensemble, d'une ville, soient pris en compte (emploi, aménagement du territoire, architecture, service culturel, attraction touristique, éducation scolaire...)

  • Quel est le souvenir le plus marquant que vous gardez de vos actions terrain ?(Quelles sont vos plus grandes victoires ?Et quels ont été les coups durs que vous avez connu ?),

La seule victoire que nous connaissons aujourd'hui et qui d'ailleurs n'est pas seulement la notre mais celle de toutes les personnes pour qui le culturel est important, est sans conteste le fait que la question des salles de cinéma soit enfin posée sur la place public et, que ce débat soit relayé par les médias, ce qui marque un profond intérêt de la société sur ce sujet. Les coups durs sont tristement plus nombreux que la victoire, mais n'est-ce pas dans la difficulté que l'on donne le meilleur de soi...Nos actions sont menées avec très peu de moyens, tous les membres sont bénévoles, et donc avec très peu nous devons faire beaucoup. Là, est le challenge, mais nous souhaitons et nous travaillons pour que notre chantier soit soutenu par les pouvoirs publics.

SCIM a fait le pari de la communication. Comment faîtes-vous pour être aussi présent au sein de l’espace public ? (comment faîtes vous pour avoir autant de visibilité)

La société actuelle dans sa globalité est un espace mouvant ultra dynamique et en perpétuelle évolution. La communication, sur ce terrain doit être à l'image de cette société : mouvante, ultra dynamique, et évolutive. Bien entendu nous utilisons les classiques (classiques pour notre génération je dirais) : goodies, affichage (street marketing), association à d'autre cause humanitaire et sociale. C'est un travail sans relâche, car une cause peut vite être rangée dans les tiroirs quand bien même celle-ci est primodiale pour l'avenir de plusieurs générations.

  • Avez-vous déjà connu des ennuis avec la police ?

Cette question est assez surprenante, puisque je ne vois pas en quoi la police pourrait nous reprocher quelques choses. C'est une question "bizarre". Véhiculer un message sur l'état de santé de nos salles de cinéma n'est en soi pas un crime, ou un délit de quelques ordres qu'il soit. Nous ne pouvons que nous en féliciter, et justement notre appui indispensable sont les pouvoirs publics (dont la police fait partie) pour pouvoir mener à bien notre chantier de réhabiliation et d'accessibilité au cinéma pour le plus grand nombre.

  • Pouvez-vous nous préciser de quelle manière vous élaborez vos actions de communication (qui décide des concepts ? qui fait les réalisations ? comment se passe les débats entre les membres au sujet des actions de communication à mener)

Encore une fois à l'image de notre société, nos actions de communications sont élaborées de manière spontanée. Je suis le président fondateur, je conceptualise et avec mes amis bénévoles nous travaillons la réalisation, les possibilités, les idées ect..., et surtout les moyens, à partir de là chacun sait ce qu'il a à faire ou ce qu'il souhaite faire. Aujourd'hui tous les membres entreprennent, proposent, nous débattons lors de nos réunions une à deux fois par semaine. Et nous sommes toujours connectés. Dans le cadre d'une association tout le monde est impliqué et actif. Il s'agit surtout de détailler dans les moindre faits, les actions à venir et, surtout compter sur l'improvisation car nous manquons de moyens. Nous sommes obligés de réajuster continuellement nos actions en gardant toujours notre objectif en vue. Nous avons notre visuel, nos images, notre message, peu importe le vecteur tant que ce dernier ne déforme pas notre vision des choses et nos mots : nous nous adaptons.

  • Vous citez une phrase de 1957 de Moulay Hassan au sein de votre dernière campagne de communication. Quels sont vos rapports vis-à-vis du Palais ?

Nous sommes les sujets de Sa Majesté le Roi Mohamed VI. En tant que sujet et citoyen marocain nous travaillons pour notre pays.

  • Quels sont vos rapports avec le CCM ? Etes vous soutenu par ce dernier dans vos actions ?

Le CCM a toute sa place et toute sa fonction dans le milieu du cinéma. C'est une institution publique, qui est reconnue et dont les actions sont indispensables pour le développement culturel cinématographique à travers le soutien aux métiers du cinéma. Nous souhaitons plus que jamais travailler main dans la main avec le CCM, car nous portons je pense la même cause : redonner au cinéma sa place de divertissement dans les habitudes des marocains et contribuer ainsi au développement du cinéma marocain.

Pour l'heure nous n'avons aucun soutien de la part du CCM en raison, probablement de sa politique de création de multiplexes, nous souhaitons que dans un futur proche cela changera, car la création de multiplexes peut être envisagée tout en intégrant la politique de réhabilitation des salles. En effet; il est important de travailler déjà sur l'existant et envisager dans sa globalité le parc des salles du Maroc. C'est certainement une erreur que de créer des multiplexes sans prendre en compte les salles abandonnées et surtout ignorer que la majorité des marocains n'auront pas accès à de grands complexes installés dans les grandes villes et avec un tarif ticket trés élevé par rapport au salaire moyen. Le cinéma doit être accessible au plus grand nombre, pour cela une politique globale doit être étudiée.

Par ailleurs, c'est à la Chambre des exploitants des salles de cinéma dirigé par M. Marrakchi que nous souhaitons remercié publiquement pour son soutien et ce dès les premiers pas de l'association.

« notre appel est clair : militer pour la sauvegarde des salles de cinéma au Maroc. Mais le combat de cette association n'est pas du goût du directeur du centre cinématographique marocain. Rien d'étonnant, elle ne concorde pas avec sa politique de création de multiplexes, dont il fait l'éloge régulièrement dans la presse quotidienne. Cela ne nous a pas découragé bien au contraire ... L'association Sauvons les salles de cinéma au Maroc mène régulièrement des campagnes de sensibilisation pour la sauvegarde des salles de cinéma au Maroc. »(voilà ce que vous m’avez envoyé par mail ; si cela vous aide pour votre réponse)

  • Achetez-vous des dvd piratés (si oui, lesquels ? si non, pourquoi ?)

Votre question est posée au présent...mais je vais qu'en même y répondre, et au passé, oui j'ai déjà acheté des DVD piratés, il fallait absolument que je vois ce que ces produits à prix défiant toute concurrence pouvaient apporter comme satisfaction. J'ai aussi chercher à monter plus haut dans la filière à savoir quel était le cheminement du film jusqu'à l'étalage monté à la sauvette sur un bout de trottoir de Casa. J'ai voulu aussi savoir qu'est ce qui amenait le vendeur de dvd à en faire son gagne pain. C'est toute une étude sociologique à mon niveau biensûr que j'ai mené. Car nous ne pouvons pas blamer ces vendeurs.

Pour faire mes tests, j'ai acheté des films marocains et américains de grandes productions, ce sont les types de films les plus vus au Maroc. Et j'espère un jour utiliser cette connaissance que nous avons de ce phénomène des DVD afin de pouvoir trouver une solution et réglementer ce secteur.

  • Récemment vous avez collé des étiquettes « sauvons les cinémas au Maroc » sur les dvd piratés. Peut-on dire que ceux-ci sont susceptibles de créer des dispositions culturelles à aimer le 7e art et donc de donner naissance à un public de cinéphiles qui pourrait sauver les salles de cinéma ?

Votre question découle logiquement de la précédente. Si nous avons pu coller des étiquettes sur les dvd piratés, c'est de part notre connaissance de ce "marché". Les vendeurs sont aussi impliqués, ils ne répondent qu'a une demande des marocains de voir des films qu'il ne pourront pas voir au cinéma (car trop cher ou car le cinéma n'est plus dans leur choix de divertissement), et même si ca ne change pas radicalement le comportement des gens, au moins le grain de sel sera versé.

L'intérêt pour le 7eme art sera suggérer, petit à petit, les jeunes et moins jeunes auront envie ou, se poseront juste la question de savoir quelle est la satisfaction de voir un film dans une salle. Bien entendu, cette action n'est qu' une partie d'un long processus. Nous avons du travail à faire sur les salles, les politiques tarifaires et les programmations. Et pour cela nous attendons le soutien de tous les marocains.

Propos recueillis par Jean Zaganiaris

Dernière modification le lundi, 25 juillet 2011 16:10

Galerie d'images

{gallery}197{/gallery}
Connectez-vous pour commenter

Copyright by Save cinemas in Marocco. All rights reserved.

Top Desktop version