Save cinemas in Marocco

Switch to desktop Register Login

12 Juil

Cinéma : les rediffusions font-elles baisser les prix ? Spécial

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le petit écran joue depuis toujours la carte de la rediffusion en matière de cinéma, une valeur sûre. Entre le besoin accru de programmes, dû à la multiplication des canaux, et la période estivale, pauvre en nouveautés, la tendance ne va pas s'inverser. Une bonne affaire pour les chaînes ?

Les longs métrages valent de moins en moins cher à la télévision, de quelques dizaines de milliers d'euros à 200 000 euros. TMC diffusera cet été la plupart des Angélique pour 50 000 euros l'épisode. La série des Fantômas, programmée sur France 3, revient, elle, à 80 000 euros l'unité.

« Le coût de retransmission d'un vieux film est fonction d'un seul paramètre : l'audience qu'il a obtenue lors de ses précédentes diffusions, note Takis Candilis, président de Lagardère Entertainment. Les Bronzés ou La Grande Vadrouille sont probablement vendus à près de 200 000 euros étant donné le large succès qu'ils obtiennent à chaque diffusion. »

Ces exemples constituent néanmoins des exceptions, car, plus les films sont diffusés, moins le public a envie de les regarder. D'autant que, entre les chaînes payantes du câble et du satellite, et celles, gratuites, de la TNT, le téléspectateur dispose désormais d'une offre absolument pléthorique. La valeur des longs métrages décroît donc au fil des programmations. « Ce mouvement affecte la plupart des films », estime encore Takis Candilis.

Une vente pour quelque mois

Pour se prémunir contre cette tendance, les détenteurs de catalogues ont décidé, depuis quelques années, de vendre leurs longs métrages sur un laps de temps très court, « quelques mois maximum, ce qui permet de sauvegarder un peu leur valeur », affirme Takis Candilis.

Autre solution, enfin, le retrait pur et simple d'un film du marché. En décidant de retenir leurs oeuvres, les ayants droit maintiennent leur valeur, mais empêchent le public de prendre connaissance d'une partie du patrimoine national. La rigidité d'une telle politique risque aussi de produire un effet rigoureusement inverse : un film qui n'est jamais montré peut tomber dans l'oubli. C'est malheureusement ce qui risque d'arriver aux nombreux films de Michel Deville ou de Pierre Etaix, bloqués par les héritiers.

À savoir
Les Enfants du Paradis et Les Misérables arrivent en tête des films les plus programmés, avec 19 diffusions. Ils précèdent La Belle et la Bête et Le Capitan (18 diffusions). L'Armée des ombres arrive en 5e position ex-aequo avec Le Grand Restaurant. La Grande Vadrouille compte 16 diffusions. La dernière a rassemblé 8,7 millions de téléspectateurs en janvier 2012.

Connectez-vous pour commenter

Copyright by Save cinemas in Marocco. All rights reserved.

Top Desktop version